image
image image image
image image image
image image
image image
image Présentation de l'Unité
image Equipe
image Thématique de Recherche
image image image
contacts image image
medias image image
image image image
image image image
image image image
Institut Pasteur de Guadeloupe
BP 484
97183 ABYMES Cedex

Tel +590 (0)5 90 89 69 40
Fax +590 (0)5 90 89 69 41
  Responsable d'unité
Dr Antoine Talarmin
 
        
 

A. Entomologie

Le Laboratoire d'Entomologie Médicale (LEM), fonctionnel depuis le mois d'août 2011, a pour vocation de développer des projets de recherches sur les insectes vecteurs de maladie. Les sujets traités ont pour objectifs de mieux comprendre l'influence de l'environnement (et en particulier des changements climatiques et anthropiques) sur les vecteurs et la transmission des pathogènes, de tester des méthodes de surveillance et de contrôle et de proposer de nouvelles approches pour prévenir les émergences épidémiques et/ou l'arrivée de nouveaux pathogènes. Actuellement, les projets de recherche en cours concernent les moustiques vecteurs de la dengue et du virus du Nil Occidental, avec des objectifs scientifiques à plusieurs niveaux (local, régional et international).

  • Le projet sur les moustiques vecteurs de la dengue, Aedes aegypti (cf. photo ci-dessous) est un projet collaboratif entre les 3 départements français d'Amérique (Guadeloupe, Guyane, Martinique), coordonné par l'Institut Pasteur de la Guyane et en partenariat avec les Services de Lutte Anti-Vectorielle et les ARS. Ce projet étudie différents indicateurs entomologiques (densités, âge des populations, taux d'infection et autres) en relation avec la circulation virale, afin de déterminer des indicateurs pertinents de risque d'épidémie de dengue.
  • Le projet sur les moustiques vecteurs du virus du Nil Occidental est en phase de montage avec pour objectifs de déterminer les espèces participant aux cycles de transmission. La circulation silencieuse du virus du Nil Occidental en Amérique tropicale est incompréhensible au vu des épidémies provoquées en Amérique du Nord. Ce projet vise donc aussi à tester différentes hypothèses expliquant ce phénomène.

Enfin, d'autres sujets d'études seront prochainement soumis pour financement, en particulier les phénomènes de résistances aux insecticides des Aedes aegypti et la recherche de méthodes plus acceptables pour les populations et l'environnement et l'influence des changements climatiques sur la circulation de certains pathogènes.

Photo d'Aedes aegypti
Aedes aegypti

B. Pathogènes de l'environnement

Cet axe de recherche vise à mieux comprendre les infections humaines par des pathogènes environnementaux, à rechercher des facteurs de risque afin de trouver des moyens de préventions.

Deux programmes sont actuellement en cours :

  • les Amibes libres en Guadeloupe : cycle naturel et importance en pathologie humaine. Ce programme mis en place suite au décès d'un jeune garçon en 2008 après un bain dans les eaux chaudes de la Basse-Terre, vise à mieux connaitre la diversité des amibes libres en Guadeloupe, leur écologie et de rechercher des moyens de prévention.

  • Bain Dole     Amibes libres au microscope
  • les salmonelloses humaines d'origine reptilienne. Les reptiles (serpents, iguanes, lézards...) sont porteurs de salmonelles relativement spécifiques à leurs espèces. Alors qu'en France métropolitaine, les salmonelles humaines d'origine reptilienne sont très rarement responsables d'infection humaine, aux Antilles et en Guyane, elles sont responsables d'une grande proportion de cas. Une étude épidémiologique a donc été entreprise afin d'identifier les facteurs d'exposition qui seraient responsables de ces infections à salmonelles de reptiles.

La leptospirose problème majeur de Santé Publique en Guadeloupe fait également partie des thématiques explorées au sein de l'unité. Une étude coordonnée par la CIRE Antilles Guyane et visant à une meilleure estimation de l'incidence de la leptospirose dans les DFA (notamment par le renforcement des capacités diagnostiques) vient de s'achever. Une nouvelle étude portant sur la leptospirose canine devrait débuter prochainement.

C. Résistance aux antibiotiques et rôle de l'environnement dans la diffusion de l'antibiorésistance

- Les données concernant la résistance aux antibiotiques dans les DFA sont pratiquement inexistantes. Cependant, la multirésistance des bactéries à gram-négatif pose aujourd'hui un problème important en milieu hospitalier en Guadeloupe. Les raisons de cette émergence de bactéries multirésistantes sont en général, une utilisation intensive des antibiotiques entraînant une pression de sélection et des hospitalisations de longue durée. Par ailleurs, des études récentes ont pu mettre en évidence une résistance des bactéries entéropathogènes plus importante dans les pays en développement que dans les pays développés. Or la Guadeloupe est entourée d'îles aux niveaux socio-économiques et d'hygiène assez faibles. Il apparaît donc important d'effectuer un état des lieux de la situation en Guadeloupe et d'évaluer l'impact des voyages et migrations sur l'introduction de gènes de résistance aux antibiotiques. Ainsi une première étude portant sur la résistance aux antibiotiques et les facteurs de virulence chez les Escherichia coli isolés d'infections urinaires, financée par les ACIP de l'Institut Pasteur vient de débuter.

- Par ailleurs, l'impact de la pollution par les rejets tant humains qu'animaux sur la santé est mal connu en Guadeloupe. Cependant un certain nombre de molécules persistent même après épuration, comme les antibiotiques, les anthelminthiques ou autres médicaments. Alors que le rôle de l'utilisation d'antibiotiques à usage vétérinaire dans la résistance aux antibiotiques est connu celui de la persistance de biocides ou de résidus antibiotiques dans l'environnement a été peu exploré. Une étude actuellement en cours et financé par le Ministère de l'Outre mer et l'Institut Pasteur de Guadeloupe vise à évaluer l'influence des stations d'épuration dans la diffusion de la résistance aux antibiotiques en mettant en évidence la présence de bactéries résistantes dans les rejets de stations d'épuration et les coquillages filtrants de Guadeloupe. De plus, grâce à la plate-forme technique disponible à l'Institut Pasteur de Guadeloupe il sera possible de réaliser le dosage des résidus antibiotiques dans ces mêmes matrices.